• Il y a des questions qui ne se posent que dans la grappe, le clan, la famille, le pays, ce qui appartient, des questions qui n'existent plus aussitôt que tu quittes le cocon.
    Par delà, l'horizon jamais atteint, ces questions n'ont aucune existence, il est tellement évident que les inversions ne concernent toujours que la même pièce, côté pile, côté face. 
     
    Je les vois assis, ils tournent dans leurs mains la pièce, la même pièce, se la repassent, elle passe de mains en mains, côté pile, côté face, discutent la valeur de l'une, la valeur de l'autre, le temps passe, trépasse, dans la grappe.


    votre commentaire
  • Il y a ces gens guidés par la peur qui réclament
    Fermeture, des frontières, des clôtures, des portes
    Comme si un pays était une maison !

    Cette peur de dangers purement imaginaires
    Crée des problèmes bien réels
    Qui eux ne connaissent pas les frontières !

     


    votre commentaire
  • Comment pouvez-vous ignorer que les animaux se parlent ?
    Que vous teniez ainsi discussions autour de ce qu'est le langage ?

    Ils se parlent vraiment !
    J'écoute les chats et les oiseaux
    Oh, les tonalités, ce sont des mots !
    J'écoute aussi des langages plus silencieux.

    L'autre jour, un caméléon, ici nommé endormi
    Voyez comme les mots humains se compliquent la tâche
    En vain !

    Il était là en haut du petit grillage en mailles déformées
    Face à cette vue, d'un côté l'océan, de l'autre les montagnes
    La route en lacets qui descend, les remparts du volcan
    Il était là, tout noir.


    Je l'ai rassuré, et mis en garde :
    «  Attention aux chats ! On ne voit que toi sur ce grillage ! »
    De profil, son petit œil fermé s'est ouvert, télescope d'un promontoire mobile il a tout inspecté, moi je le regardais droit dans cet œil unique, ne sachant pas ce que l'autre faisait de l'autre côté. Alors vous dire que les caméléons endormis, se racontent des histoires fantastiques !

    Et le vent...
    Bien sûrs qu'il parle le vent !
    J'ai ouvert toutes les portes de la maison
    Il y a beaucoup de portes dans cette maison
    Traversée par un couloir d'énergie
    Ainsi le vent
    Visite toute la maison ouverte tellement
    Dans la cour un couple d'oiseaux tiennent conversation...
    Le vent dans chaque pièce, par chaque porte, parle une langue.

     


    votre commentaire
  • Pour certains, entre la perception et leur esprit
    Entre l'information et le traitement de l'information
    Entre ceci et cela
    Un barrage, un grand NON
    Mais où sont-ils ?

    Éparpillés
    La dualité conflictuelle ne cessant de produire des voix discordantes
    Il suffit de les écouter, il n'y a plus aucune cohérence
    Plus aucune attention possible
    Pas même celle qui dirigée, concentrée, éclaire là, devant
    Juste devant.

     


    votre commentaire
  • L'homme ne se connaît pas, et ne veut surtout pas se connaître, ce serait descendre du piédestal sur lequel ses idéaux l'ont juché.

    Vient le jour où il se trouve fort dépourvu, ses idéaux se révélant vides et creux. Alors, il pleure ses amours déçus, déchus... mais l'amour n'y est pour rien, c'est son ignorance doublée d'arrogance qui le condamne. 


    2 commentaires
  • Ce corps est vieux, ce corps est fatigué
    Je l'ai laissé, sans plus me soucier.

    Qui a dit que nous étions ce corps ?
    Celui qui ignore que nous n'avons pas qu'un seul corps
    Celui qui s'est enfermé dans sa raison, reine de la maison
    Nous avons plusieurs corps, comme ces poupées gigognes
    Mais à la façon de l'archet sur les cordes du violon.

     


    votre commentaire
  • Cela commence avec des mains sur les parois d'une grotte profonde
    Et la gorge profonde, en le râle, en le chant
    Les mains s'agitent dans le vide, et voici les cordes qui vibrent
    Instruments de musique en tellement, tellement de possibles
    Toujours plus de liberté et ce n'est pas que la liberté grandisse
    Elle est ou elle n'est pas.
    Comprends-tu ?

    Ce n'était pas plus faux hier, et cela ne sera pas plus vrai demain
    La justesse est pour l'accord à son propre instrument
    Chaque instrument à son propre accord, unique.

     

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires