• Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ?

    Cela commence avec des mains sur les parois d'une grotte profonde
    Et la gorge profonde, en le râle, en le chant
    Les mains s'agitent dans le vide, et voici les cordes qui vibrent
    Instruments de musique en tellement, tellement de possibles
    Toujours plus de liberté et ce n'est pas que la liberté grandisse
    Elle est ou elle n'est pas.
    Comprends-tu ?

    Ce n'était pas plus faux hier, et cela ne sera pas plus vrai demain
    La justesse est pour l'accord à son propre instrument
    Chaque instrument à son propre accord, unique.

     

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :