• Folie, connaissance, pouvoir

    Si nous ne parvenons pas à les voir ces forces malines, à ne plus les confondre avec ce que nous disent nos programmes de conditionnement à la faute, (le mal est en toi), les voir dans ce qu'elles ont de plus abjectes, sournoises, tapies dans l'ombre, pesant par ailleurs de tout l'interdit qui s'impose, si nous ne parvenons pas à ça, nous sommes perdus !
    Ce n'est pas la foule qui se perd, mais toi, et toi, toi aussi, et moi. C'est bien une question de personne qui s'éveille, qui ouvre les yeux, qui a vu.
    Tout le système s'oppose à ça, la question des savoirs qui donnent pouvoir, la question de l'origine, de la culture qui donnent pouvoir, la question de la folie et de la maladie.


    Un exemple frappant :
    « C'est à partir de l'asile que m'est apparu, un espèce de problème qui n'a pas cessé de me hanter qui est le problème du pouvoir. Connaître et assujettir, savoir et commander, ce sont des choses qui sont intimement liées, je l'ai découvert à l'état pur dans l'asile. Là le savoir médical, la connaissance apparemment sereine et spéculative du psychiatre est absolument indissociable d'un pouvoir extrêmement méticuleux, savamment hiérarchisé, qui se déploie dans l'asile et qui constitue véritablement l'asile. » Michel Foucault

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :