• Il a neigé sur le Sahara

    Le mental humain est ainsi programmé qu'entre ce qui se dit dedans et ce qui se dit dehors, il doit y avoir une certaine cohérence, l’individu ainsi ne peut échapper au collectif, au consensus, à la matrice.
    Toutes les ficelles des manipulations sont opérationnelles, mensonges, chantages, belles histoires, espoirs, promesses, appétits et satisfactions des appétits, si bien que le chercheur se confronte à l'insatisfaction, au manque, enfin tout ce qui se présente dans la phase de désintoxication.

    Mais, si le chercheur est véritable, l'intelligence est avec lui, et les sens déjà s'éveillent. Dans le manque généré par un appétit que l'on ne cherche pas à satisfaire, il y a tant à apprendre, c'est tellement riche, pour le chercheur véritable. C'est la faille du programme, c'est l'ouverture qui s'ouvre, encore et encore.


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 7 Janvier 2017 à 19:10

    Cela peut laisser de l'espoir   yes

    Concernant la cohérence,
    peut-être est-il possible d'en trouver une, entre dedans et dehors,
    lorsqu'on a conscience de ce qui se dit dedans (et de qui dit)
    et que l'on veille et trie, distingue, parmi ce qui se dit dehors (choisir son environnement)
    ou mieux, parmi ce qu'il se passe.

    Ciao Des mots

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :