• Instant présent

    En ce ciel vacuité, limpide, cristallin, l’océan resplendissait d’un bleu outremer.
    Et dans le calme qui l’habitait en clapotis légers on pouvait l’observer dans son infinité, comme si l’œil pouvait loin, très loin, se projetait dans cette fine couche où se rencontre l’air et l’eau.
    La ligne d’horizon ne se confondait ni avec l’un, ni avec l’autre, lumineux.
    Les baleines étaient là, c’est sûr, en ces eaux profondes. Inutile de les chercher du regard, elles y étaient, de passage, en cette beauté éclatante.
    Pas un souffle, pas un bruissement, seul le soleil faisait vibrer l’air.
    Le grand astre est vibration. Et là, c’était perceptible comme l’était la communion de toutes choses.
    La feuille avec le ciel, et même le ruban de goudron et même les autos, et tous ceux qui ne le savait pas.

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :