• La gaffe

    C'est toujours la recherche de la fin d'une pression
    La recherche de la fin d'un état qui fait pression en soi
    Trop d'agitation, comme pas assez.

    L'erreur est de diriger sa quête vers un équilibre des forces
    A peine atteint ce point bascule, il bascule toujours
    Car la pression n'est autre que la résistance au changement.

    Circulation des énergies, des informations
    Cette réalité est refusée, elle est associée en nos esprits à la perte
    Sans cesse nous voyons ce que nous perdons, sans voir la porte qui s'ouvre.

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 25 Mars à 17:03

    De mon expérience, l'erreur n'est pas de chercher un équilibre des forces, non,
    mais plutôt de vouloir maintenir un point d'équilibre trouvé,
    et de s'y raccrocher en le croyant permanent...

    On pourrait dire que la perfection (ou point d'équilibre parfait) est vaine,
    sujette à "bascule" ; qu'il s'agirait plutôt de parvenir à rééquilibrer
    au fur et à mesure des événements, de la "la circulation des énergies..."

    Rééquilibrer = calmer le trop d'agitation
    ou se stimuler en cas contraire (suivant ton exemple).

    Salut Des mots

    2
    Dimanche 26 Mars à 05:07

    Ce que tu dis me fait penser au mythe de Sisyphe.

    Quand je vois un piège, je l'évite, d'autant que le piège est produit par le refus de changement. Il suffit donc (à mon sens) de mettre un terme à la quête de l'équilibre des forces (idéologie de la perfection en un point fixe), naturellement les énergies  circulent.

    Ce que je fais alors, j'apprends à surfer la vague de l'intensité.

    Bien à toi Eric

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :