• Là où le mensonge ne peut pas agir

    Depuis combien de temps nous foutons nous sur la gueule
    Frères de sang, sœurs de lait ?
    Celui-ci ou celle-là soldat et les autres kamikazes ?
    Qui donnent les ordres ?
    Qui acceptent ces ordres insensés ?
     
    Qui peut prétendre être victime sans être bourreau à son tour 
    Qui ?
     
    C'est comme ce moment où les horreurs perpétrées
    Tombent dans l'oubli médiatique des esprits
    Seuls ceux qui ont été touché dans leur corps
    Se souviennent longtemps.
     
    Après, bien après et c'est en même temps
    La perdurance de la haine sans que l'on ait besoin d'en justifier
    On ne sait plus vraiment, ni comment, ni pourquoi
    Tout cela a commencé, ni même si cela a commencé
    Juste comme une habitude à désigner l'autre, le frère, la sœur
    Le voisin, tous ennemis !
     
    Certains nous parlent des maîtres du monde
    Ceux qui tireraient soit disant les ficelles
    On s'en fout !
    Ils sont une poignée, nous sommes des milliards !
     
    « Des milliards désaccordés! »
    J'entends cela se dire
    Mais c'est alors que rien n'a été compris
    Comprendre = prendre en soi
    Et en vérité retrouver, non pas gisant
    Mais vivant en soi la source.
     
    Là nous sommes tous unis
    Aucun besoin de s'accorder 
    De faire des alliances
    C'est bien plus profond
    Là où le mensonge ne peut pas agir.

     

    Déjà publié ici


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 5 Juin à 11:04

    Bonjour Des mots ....... Quel coup de gueule !.. On se sent mieux après :) 

     

    2
    Samedi 6 Juin à 04:50

    :)) Bon weekend à toi chère Dia

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :