• Le conditionnement par anesthésie

    « Ohlalala, attention, attention sur internet c'est du grand n'importe quoi ! »

    La personne, qui s'exprime ainsi, n'est pas dans un souci de vérification, de discernement, non ! Elle crie avec les chiens sur la caravane qui passe, elle est dans une confiance sans faille pour ce que dit la télé, et encore pas n'importe quelle chaîne, la 1 , la 2, la 3.

    - Éclats de rire.

    - Je te prenais pour une fille intelligente, raisonnable !

    - Éclats de rire.

    - Fais ce que tu veux, je t'aurai prévenue !

    - Éclats de rire.

     

    Elle s'éloigne, rentre chez elle. C'est la petite fille que je vois, celle qui claironnait : la maîtresse a dit ! Ben, même ce que la maîtresse disait, et le papa, et la maman, et soi-disant le bon dieu... oui, entendre ce qui est juste et le mensonge est démasqué, reconnaître la parole vivante qui témoigne de ce qui se vit. Alors surfer la vague, le sens est là... en tellement d'énergie.

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 29 Mai 2015 à 20:11

    Quelle façon originale de raconter.

    Les trois dernières lignes sont une pure merveille.

    Merci et agréables moments à toi Des mots

    2
    Vendredi 29 Mai 2015 à 23:15

    Douce nuit à toi, Eric

     

    3
    Samedi 30 Mai 2015 à 10:03

    Internet

    n'est que ce que nous mettons

    dans ce que nous cherchons

    4
    Dimanche 31 Mai 2015 à 03:58

    Bon dimanche à toi Pascal.

     

    5
    Dimanche 31 Mai 2015 à 10:01

    "Le conditionnement par anesthésie"  j'adore le titre qui résume bien l'Homme du 21e siècle. l'Homme qui hurle avec les loups et qui bêle et re-bêle avec les moutons de son espèce.

    Belle façon de mettre ton texte en scène !

    Bon dimanche à toi

    6
    Lundi 1er Juin 2015 à 01:53

    Il faut le baiser du prince pour que la belle se réveille de son long sommeil...

    Il semble bien que nous soyons encore dans l'attente d'une intervention extérieure pour résoudre nos problèmes.

    Belle semaine à toi, Margimond.

     

    7
    *
    Mercredi 3 Juin 2015 à 20:29
    Dans les aboirments
    Se terre la revolte etetee
    Relevez la tete
    Des silences guerriers
    La puissance passe
    Dans l'intelligence des choix...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :