• Les soupçons

    Ils préfèrent vivre dans un monde de méfiances, de suppositions, d’interprétations, c’est bien la peur de l’autre, cet inconnu. Et cet autre sera toujours soupçonnable de quelques mauvaises pensées, mauvaises intentions.

    Comme un vieux compte qui ne voudrait pas se régler, et qui fait le vengeur masqué, il empêche toute résolution.

    Leur outil de prédilection est le ressenti-ment. Ils n'écoutent pas, ils sont à l’affût derrière le rideau : « Mais qu’est ce qu’il me veut celui-là ? ». Ils finissent toujours par trouver une réponse. Parmi toutes celles qui se sont présentées, ils ont choisi la plus négative. Bien sûr, ils ne feront rien pour vérifier la validité de leur version, préférant se terrer avec elle. S'enfermer avec sa propre souffrance, la confrontant à d’autres soupçonneux, et ça fait des disputes, des insultes, du mépris, toujours plus.

     Que les corps trouvent la détente, s’ouvrent un instant… Voir, c’est être sauvé.

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 10 Février 2015 à 07:21

    Leur outil est le ressenti-ment, oui, joliment exprimé ce qui semble bien être faits à déplorer...

    2
    Mercredi 11 Février 2015 à 01:02

    Oui, nous connaissons tous cela...

    Belle journée à toi

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :