• Mes amis, les bêtes

    Dans la nuit, le chien d'un voisin
    Plus bas dans la rue
    Il dort dans la cour, au moindre bruit
    Il a peur, alors il aboie
    Il aboie ainsi lorsque je me lève à pas d'heure
    Et qu'il m'entend et voit la lumière
    Dans la nuit les distances s'effacent.

    Assise dans le lit, ni je dors, ni je suis éveillée
    Alors j'y vais dans sa cour, et je parle à ce chien
    « Qu'est-ce qui se passe ? Comment ça va pour toi ?
    Non, tu n'es pas seul, je suis là moi »
    Il me regarde, comme il est triste !
    Il me montre sa vie misérable, qui n'est autre
    Que semblable à l'intérieur de la tête de ses maîtres.

    Ouahhh, c'est tout petit, tout rabougri
    Murs gris éclaboussés des tâches de sang
    Tous ces animaux qu'ils tiennent enfermés derrière la maison
    Enfermés entre les tôles, qu'au petit matin, selon les besoins
    Ils tuent... Je sais cela petit chien, je sais...
    Mais je ne sais plus être triste, ce n'est pas moi qui fait cela
    Ni les juger, ni les justifier, c'est leur problème, c'est leur vie.
     Mais vous ! Vous les animaux, comment cela a-t-il pu vous arriver ? Comment avez-vous pu vous laisser enfermés ?


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :