• Comprendre ?

    C’est pousser devant
    Comme le fœtus à naître
    Encore dépendant du corps de la mère
    Et il pousse, et il pousse
    Il est contraction dans l’ouverture
    La génitrice civilisée résiste
    Alors, seul, il pousse
    Jusqu’à sortir la tête
    Mais ce n’est pas fini
    Il faut encore passer les épaules
    Et puis, il y aura le sein, le pouce, le sexe
    Pousser encore
    C’est la vie qui pousse
    En cet enfant
    Traverser tous les chausse-trappes
    Sentir avec précision le moment
    Où cela n’est plus utile
    Et alors trancher d’un coup sec.
     
    L’homme a au cours d’une vie
    Plusieurs cordons ombilicaux
    A couper, c’est cela la compréhension.

     


    2 commentaires
  • Le problème c'est la confusion des genres
    Confusion des niveaux de compréhension
    Et de relation.

    Ainsi vouloir des biens matériels
    Des produits de consommation
    Comme gage de bonheur !

     


    votre commentaire
  • Se souvenir...  Non pas rabâcher des émotions négatives
    Des rancœurs, des attentes déçues, des rendez-vous manqués !


    Se souvenir vraiment, que c'est sans effort
    Attention dans cet état d'ouverture, juste tension
    Tous les temps des connaissances sont là
    Indestructibles, non comme une accumulation
    Vivantes, infiniment vivantes.

     


    4 commentaires
  • Persévérer
    Percer et vous verrez
    Mort des apparences
    Terrasser remettre en terre
    Libérer la lumière intérieure.

     

    Déjà publié ici


    2 commentaires
  • Voyage au cœur de la matière
    Voyage alchimique
    Sur la gamme chromatique
    Enchaînement des clefs.

     

    Déjà publié ici


    2 commentaires
  • Très tôt, la vie m'a appris qu'on ne peut sauver personne de sa propre errance. Je n'ai jamais oublié cette leçon et toujours elle s'est vérifiée exacte.
    Autre chose qui n'est pas de la relation d'aide qui ne cesse de mentir, autre chose qui est de la relation qui nous fait.
    Quelque chose de la gémellité originelle que la physique quantique redécouvre sans pouvoir expliquer. Quel curieux dilemme que celui du scientifique qui voit son statut de spécialiste anéantit, que chacun de nous est destiné à devenir chercheur véritable.
     
    Quelque chose qui fait percevoir les tressaillements là-bas, les fermetures et les ouvertures, quelque chose qui fait vivre l’huître que l'on croit attachée à un rocher inerte.
    Quelque chose qui nous fait libre véritablement et pourtant dans la même respiration, onde vibratoire.
    Quelque chose que je ne cherche pas à expliquer, juste déblayer ce qui fait empêchement.


    A tâtons, toujours, à tâtons ce travail de Voir.
    Ce n'est pas moi qui voit, l'action est sans sujet.
    Mais c'est bien en moi que se fait la joie du partage.

     

    Déjà publié ici


    votre commentaire
  • Bouge doucement
    Le plus doucement possible !
    Face à tant d'arrogances
    De méchancetés

    Bouge le plus doucement possible...


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires