• Une histoire qui dure

    Tant de conditionnements à croire que le changement viendra des politiques, des philosophies, des spécialistes, tous, hommes et femmes de pouvoir. Le mensonge, remonte aux origines de la cité, qui prétend décharger l’individu de la nécessité à vivre pleinement sa vie.

    Promesses de sécurité, promesses de lendemains qui chantent, de richesses à partager, de chemins tout tracés qui nous conduiraient d’ici, à là-bas, terres promises, paradis célestes, mensonge contre l'essence du vivant qui est naissance et mort.

    C’est bien ce conditionnement que nous pouvons voir à l’œuvre, conditionnement à penser la vie sous la dictée des savoirs érigés en croyances, exploitant la peur de ne pas être à la hauteur.

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 7 Février 2015 à 07:12

    Les politiques sont juste là pour faire tourner la machine, pas pour la changer.

    Par nature le changement divise et ils ne veulent surtout pas diviser pour pouvoir être réélus.

    Ils veulent nous faire croire qu'il y a qu'un seul chemin celui à la solde des banquiers et des actionnaires, celui d' encore plus d'argent pour les plus riches et avec le moins de partages possibles.

    Il n'y a cas voir les bénéfices des grandes entreprises du CAC40 ... n'ont ce n'est pas la crise pour tout le monde...

    Pour changer le monde nous ne pouvons compter que sur nous même, prendre conscience de notre pouvoir, changer notre comportement, et prendre un chemin vers plus de justice et de partage.

    2
    Samedi 7 Février 2015 à 09:25

    Si changement il y a, c'est une question d'énergie, énergie nécessaire à accéder à d'autres niveaux de réalité. Toute tentative de prendre le pouvoir, quelque soit la forme de pouvoir, nous prive de cette énergie libre.

    3
    Samedi 7 Février 2015 à 20:19

    "...mensonge contre l'essence du vivant qui est naissance et mort." Comme cela est fort, mais d'une force tragique.  Désirer ce qui entrave, ce qui alourdit, ce qui opprime en croyant désirer une idée de la liberté -elle-même déjà contaminée...

    Douce soirée, Des Mots,

    4
    Dimanche 8 Février 2015 à 01:23

    Tragique la mort ? Sûrement qu'elle l'est lorsqu'elle n'est pas comprise.

    Beau dimanche à toi, Kattelm

     

    5
    Dimanche 8 Février 2015 à 11:15

     

    ( J'évoquais le processus du mensonge!)

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    6
    Lundi 9 Février 2015 à 02:34

    Oui, il y a ce mensonge, et la mort de ce fait une tragédie.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :