• Vacuité... suite

    Et puis revenant, le fil électrique suspendu au-dessus de la petite route, accroche quelque chose en soi qui vibre en résonance. Il n’y a plus rien qui sépare l’objet et l’observateur, vacuité jouissant d’elle-même.
     
    Se révèle le virtuel des concepts qui réduisent l’amour universel à une idée coupée des sensations, la pauvreté de l’émotion intellectuelle séparée du corps.
    Tout se parle, s’enchante, la feuille, la montagne, tout est langage par-delà les apparences, un chant d’allégresse.
    C’est venu se dire en toute simplicité.

     


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :