• Un jour que je marchais sur le chemin, m'étais arrêtée aux abords d'un champ, il y avait là une sorte de puits … je cassais la croûte, tétais la gourde, lorsque surgit un homme pas content, pas content du tout !

    "Qu'est-ce que je faisais-là ? D'où je venais ou j'allais, etc."
    Je me levais et toisais le petit homme, lui tenant tête, refusant de lui montrer mes papiers d'identité, de quel droit ?
    Il se mit à me raconter un tas d'histoires, qu'il était maire de... (rien à foutre), que je pouvais très bien empoisonner l'eau du puits, que …
    « Monsieur, je finis de casser la croûte et je reprends mon chemin. Appelez les gendarmes si vous voulez. Bonne journée à vous, bonne journée chez vous ! »

    Bon dieu si quelqu'un avait droit à la peur, dans cette situation, parce que quand même ! Une femme seule sur le chemin !
    J'ai fait comme j'avais dit, mon sandwich avait un drôle de goût, mais je l'ai fini, et j'ai pensé fort, fort, à tous mes frères et mes sœur, jeunes et vieux, sur les chemins de la belle de Navarre... et d'ailleurs ...

     

     

     


    6 commentaires
  • Parce que, quoi !
    Vous avez peur de quoi ?
    Qu'ils vous le piquent votre si beau modèle
    Métro, boulot, dodo ?
    Pour finir par courir après le boulot
    Et se sustenter des allocs et des minimas
    Et pleurer et pleurer misère ?

     

    Pauvre d'eux !
    De n'avoir pas compris la galère
    S'être laissé prendre au mirage de cet opulent occident
    Pieds et poings liés par ce système qui régit
    Maintenant toute la planète
    Et de prétendre que c'est la quête identitaire
    La fermeture qui fera barrage à ce monstre
    Qui dévore de l'intérieur !

     


    2 commentaires
  • Un texte qui date, mais comme c'est toujours d'actualité, je parle du racisme.


    Oh toi ma sœur Fatou, pétillante, intelligente
    Tous mes frères et mes sœurs que nos guerres jettent sur les routes
    Avec vos enfants aussi
    Pardon, puisque je suis d'ici
    De ce pays de nantis quoi qu'on en dise
    Où le peuple invité à se rendre aux urnes
    Se prêtant à cette comédie de la démocratie représentative
    Au moment de choisir celui ou celle qui les représenteront
    En ces décisions politiques, en ces décisions géo-politiques
    Car il peut celui-ci décider de la guerre, de toute les guerres
    Au nom de...
    Pardon, puisque je suis d'ici
    Ils ont voté massivement pour le discours de la haine
    Manifestant ainsi de leur propre détestation justifiée par leur peur
    Renonçant à leur propre souveraineté décidant
    D’élire cette autre femme qui fait honte à toutes les femmes
    Oh Fatou si pétillante et intelligente.

     

     


    votre commentaire
  • La joie est toujours neuve
    Sans cause ni conséquence
    Vierge de tous pays
    Sans frontière.

     

    Et si elle ne pénètre pas les hauts murs
    Des citadelles, elle s'en fout
    Là où elle est, c'est bien.

     

    Les citadelles n'appartiennent pas à la nature
    Elles ont détourné les fleuves, creusé dans le ventre de la terre
    S'y enferment tout ceux qui ont donné leur âme à ce système
    Tout ceux qui réclament toujours plus de sécurité
    Qui ne savent pas que :
    "Seul celui qui vit sans se soucier de la sécurité, connaît la véritable sécurité." *

    * Krishnamurti 

     


    votre commentaire
  • Un jour, je rencontrai Suzette la voisine, elle me racontait la mort d'un autre, survenue de façon accidentelle, un homme en pleine forme d'une quarantaine d'années. Elle disait que celui-ci avait fait du mal ( "la di la fé") et que c'était bien mérité ! Suzette pointait le doigt vers le ciel, que je comprenne bien, qu'il s'agit de dieu. 
    Je la regardai au fond des yeux... "Tu sais Suzette nous allons tous mourir. Quoi qu'il en soit, nous allons tous mourir."
    Je l'ai sentie trembler comme la feuille morte au moment où le coup de vent l'emporte au loin.

     


    2 commentaires
  • Il y a cette chose infiniment pathétique
    Si ce n'est tragique
    En ce monde que les hommes ont construit
    C'est que la sincérité, l'honnêteté
    Se trouvent bafouées
    Pas seulement par le système
    Pas seulement.

     

    Le tricheur est le gagneur
    Enfin au regard de …

     

    Alors ils continueront à organiser des virées punitives, à réclamer l'éradication de tous les requins qui s'approchent des côtes de cette île.
    Ils continueront à consommer de la viande malgré les conditions d'élevage intensif, les abattoirs, aussi du poisson, aussi...
    Et la mort restera leur plus grand ennemie.

     

    Et toi, qui voit, toi qui dit, fait bien attention à toi.
    Au moindre faux pas, ils te tomberont dessus, te sacrifieront pour ne pas avoir à faire face à leur mensonge.

     


    votre commentaire
  • C'est violent, je sais combien cela est violent
    Non pour la nature, mais pour mes pairs
    Quand je dis que les requins, non il n'y a rien à faire
    S'ils sont là sur les côtes, c'est qu'il y a raison d'être
    La nature ne fait qu'au plus juste
    Qu'il ne s'agit que de renoncer à des loisirs
    Ou pratiquer en connaissance de cause
    La nature n'est pas un terrain de jeu
    La vie n'est pas une assurance tout risque.

     

    Et c'est violent encore, enfin pour eux
    Quand je fais remarquer que sur la route
    Depuis le début de l'année il y a eu 31 tués*
    Et je ne sais combien d'handicapés suite à ces accidents
    Que vraiment l'espèce humaine a un sérieux problème !

     

    Ah et puis, il y a toutes ces richesses
    Enfin, c'est ce qu'ils disent des couleurs, les parfums de la culture
    Les traditions, toutes les traditions, et surtout les culinaires
    Mais enfin !
    Tous ces parfums et ces couleurs sont dans la nature
    Faut-il pour les apprécier, détruire la nature ?
    Faut-il s'enorgueillir de nos soi-disant compétences à transformer
    Oh déesse de l’agroalimentaire aboutissant de cet état d'esprit.

     

    Mais bon, je ne viens pas vous chercher
    Et j'accepte sans sourciller cette solitude
    Qui n'en ait une qu'au regard des relations sociales
    Oh chant vibratoire, ils ne veulent pas de vague
    Je suis cette vague.

     

     

    * 31 morts depuis le début de l'année sur les routes de La Réunion

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique